Les Masques de Simulation d'Altitude : Utiles ou Dangereux ?

Il ne faut pas avoir peur de ce qu'on ne connait pas !

Beaucoup de sportifs se questionnent sur l’utilité du training mask, notamment parce que c’est un accessoire présent depuis peu de temps dans les entrainements cardio. Et comme il réduit en plus l’arrivée d’oxygène, se demander s’il n’est pas dangereux est également tout à fait normal !

 Notre Alpha Mask 3.0 est actuellement en PROMO : 

>> 30€ de Remise pour Fêter nos 3.000 CLIENTS ! <<

Merci pour tout ! Profitez-en vite !

La réponse est cependant très simple : il sait se rendre utile… tant qu’on sait comment l’utiliser ! Mais pour être totalement rassuré, voici quand même de quoi en savoir plus sur les masques de simulation d’altitude !

Une efficacité qui n’est plus à prouver !

Bien que le training mask commence tout juste à trouver sa place dans nos salles de sports et nos box, il est déjà utilisé depuis quelques temps déjà outre-Atlantique.

Conçu par Sean Sherk, un ancien combattant de MMA, il a tout d’abord été utilisé par les professionnels des arts martiaux qui voulaient reproduire les conditions d’entrainement en haute altitude sans avoir besoin de se déplacer en montagne.

Mais il a très rapidement été adopté ensuite par de nombreux autres athlètes professionnels, dans divers disciplines sportives qui demandaient à la fois une capacité de résistance à l’effort physique et une certaine endurance. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on retrouve désormais le masque d’entrainement posé sur les visages des footballeurs, des basketteurs, mais également sur ceux des biathlètes !

Son efficacité pour développer le souffle, l’endurance et les performances physiques a été telle qu’il n’est pas resté longtemps aux seules mains des sportifs professionnels : le masque d’élévation se retrouve désormais dans le sac de sport de nombreux athlètes amateurs, notamment chez les pratiquants de CrossFit ou ceux qui pratiquent le running. Que ce soit pour des exercices de cardio ou de force, son utilité ni son efficacité ne sont plus à prouver : s’il rencontre un tel succès, c’est que les résultats sont bel et bien au rendez-vous !

Il faut dire qu’il fonctionne à la fois sur le principe de l’hypoxie et qu’il conduit à adopter une technique de développement du système respiratoire appelé RMT (Respiratory Muscle Technique). Il réduit l’apport en oxygène, pousse l’organisme à inspirer plus profondément, ce qui permet de muscler les muscles du système respiratoire (voir le schéma ci-dessus et cette étude) et d’être moins rapidement confronté à l’essoufflement. Sans avoir besoin de quitter sa salle de sport, on apprend donc à mieux respirer pour être plus performant !

Utile… tant qu’on s’en sert correctement !

La question de la dangerosité du masque de simulation d’altitude n’est cependant pas à prendre à la légère. Comme son principe de fonctionnement repose sur l’hypoxie, c'est-à-dire un apport en oxygène réduit, il n’est pas non plus sans conséquence sur l’organisme, surtout qu’il est toujours utilisé pendant un moment d’effort, quand le corps et les muscles ont justement besoin de cet apport en oxygène.

Si le but recherché est bien évidemment de faire s’adapter l’organisme, en renforçant les muscles du système respiratoire tels que le diaphragme et les intercostaux, il est donc tout de même bon de délivrer quelques conseils d’utilisation, notamment pour éviter les situations qui pourraient découler de cette restriction d’air, c'est-à-dire l’essoufflement, voire l’évanouissement.

Masque respiratoire pas dangereux

Pour qu’un training mask ne soit pas dangereux à utiliser, il faut surtout respecter une règle : y aller progressivement !

Chaque masque respiratoire possède un moyen de régler la quantité d’oxygène qui circule (le nôtre dispose d'un curseur rapide d'accès sous le module de respiration), et il est recommandé de toujours commencer par la quantité la plus importante. En effet, à moins de s’être déjà entrainé en montagne, l’organisme n’est pas habitué à disposer de moins d’oxygène en période d’effort, et il vaut donc mieux augmenter de façon progressive la simulation d’altitude.

De toute façon, un training mask ne permet pas d’être plus performant et de mieux respirer dès les premiers entrainements. Il demande du temps, notamment pour que l’organisme s’adapte, et comme lors des premières utilisations, on perd ses repères et qu’on doit plus se concentrer pour respirer, il ne faut donc pas être pressé !

Un masque de simulation d’altitude ne peut s’avérer dangereux que si on surestime ses capacités cardio-vasculaires et qu’on croit qu’on peut tout de suite être aussi performant alors qu’on subit une restriction d’oxygène !

 Notre Alpha Mask 3.0 est actuellement en PROMO : 

>> 30€ de Remise pour Fêter nos 3.000 CLIENTS ! <<

Merci pour tout ! Profitez-en vite !

Sources :

  1. 1 - Porcari J.P., Probst L., Forrester K., Doberstein S., Foster C., Cress M.L., Schmidt K. Effect of wearing the elevation training mask on aerobic capacity, lung function, and hematological variablesJ. Sports Sci. Med. 2016;15:379–386.